Les fantasmes créateurs

Je repense à ce que m’a dit une connaissance,  il n’y a pas longtemps : « Il ne faut pas avoir trop d’attente ». Sur le coup, cette phrase m’a semblé sensée (elle l’est !) mais je déteste tellement les modes d’emploi de vie à base de « il ne faut pas faire ceci » que je me suis demandé en quoi mes attentes avaient pu m’aider, dans une certaine mesure.

Je m’aperçois que, globalement, je fantasme mes idées de création. Sur mes trajets quotidiens, je mets de la musique dans mes écouteurs et mon cerveau se charge du reste. Je me fais des films, c’est parfois pathétique, romanesque, tragique, et très souvent, drôle. J’étudie ensuite en quoi ce que je viens d’imaginer peut être réalisé en vidéo, écriture, dessin. Beaucoup de ces idées ne le sont pas. Parfois, je ne pioche que quelques lignes. La difficulté se situe à ce niveau-là : étudier la faisabilité, mais surtout, m’autoriser à alimenter mes créations de mes propres fantasmes. Je crois qu’il faut une certaine confiance en soi que je n’ai pas encore. Ou bien, ne pas trop réfléchir et se lancer. Gommer toutes les remises en question, tous les doutes qui me submergent dans ces moments là. Action ! Presque systématiquement, la peur de ne pas être comprise.

Ces deux derniers-mois, j’ai beaucoup d’idées qui jaillissent. Je les note. L’énergie pour les réaliser me manque. Je fais de la dispersion. Je commence une chose en me disant qu’il faudrait que j’en fasse une autre. J’ai du mal à hiérarchiser. Ce matin, je me lève, j’écris, comme d’habitude. Je pense ensuite à l’organisation de ma journée. Il faudrait que je tourne une vidéo. Mais j’ai les cheveux sales. Je vais à la salle de sport dans une heure. Je pourrais tourner après le sport. Ai-je vraiment envie de me filmer ? Je peux faire des photos pour alimenter mon vinted. J’ai tellement besoin de fric. Il faudrait tout installer. Je manque d’énergie. Je m’avachis en écrivant. Du mal à me tenir droite. Il faudrait faire des courses. Qu’est-ce que je peux faire avec les cheveux sales et ma tête du réveil ? Ecrire. Faisons cela. Je n’ai avalé qu’un café. Le temps est lourd, je sue à grosses-gouttes dans mon studio-cage-à-poules et cette lourdeur achève ma volonté.

Plusieurs idées de vidéos dont voici les « réalisables » : une, assez légère, sur la drague, « ultramodernes solitudes »qui est en cours et une autre idée de vidéo, beaucoup plus intime et beaucoup plus difficile à réaliser (au moins 3 jours de tournage et 4 de montage). Je veux avoir le courage de donner vie à cette vidéo. J’y tiens tout particulièrement. Cela m’obsède.

Mes attentes, tout comme mes fantasmes, m’aident à créer des choses, au delà de mes peurs. Même si je me rends bien compte qu’à certains niveaux (social par exemple), elles n’ont pas lieu d’être et me conduisent presque systématiquement à l’échec. Je les désamorce, petit à petit.

Capture d_écran 2016-05-02 à 19.07.03

3 commentaires sur « Les fantasmes créateurs »

  1. Je te suis à 100% dans cette déclaration d’amour aux fantasmes et rêveries éveillées !
    J’ai confiance en toi pour réussir à avancer sur tes projets, n’hésite pas à demander si tu as besoin d’aide pour quoi que ce soit 🙂
    À très bientôt !

    Aimé par 2 people

    1. Je suis en train de découvrir ton blog et ta chaîne, je suis tombée dessus par hasard et c’est une jolie surprise. Tu dégages beaucoup de douceur, que ce soit dans tes vidéos, tes articles ou dans l’image que tu renvoie, tu sembles être une personne adorable ! Tes écrits en particulier me touchent énormément. La façon dont tu te livres complètement, sans apparemment te poser de barrières, est d’une sincérité rare et très belle. Bref, te lire me fais du bien, tu es une jeune femme très inspirante ☼
      Quand à cet article sur les fantasme créateurs, je me reconnais beaucoup dedans. Mon cerveau fonctionne à 100 à l’heure et n’importe quel détail de la vie devient pour moi une source d’inspiration ; malheureusement, comme tu le dis, le courage (et la confiance en moi) me manquent pour oser mettre ces idées à l’oeuvre. J’ai si peur de ne pas être satisfaite de moi-même que je ne parviens à mener aucun projet artistique à sa fin : mes créations musicales se limitent à de simples mélodies et mon carnet n’est rempli que de bribes de textes. Je ne parviens a exprimer mon bouillonnement d’idées que sous la forme de fragments inachevés et c’est une réelle frustration. Peur de me louper, peur de me livrer aussi. Il est temps que je me motive a mener un premier projet jusqu’au bout, et ton article m’encourage dans cette voie.
      Je te souhaite du courage pour filmer ton idée de vidéo, j’ai hâte de découvrir tes projets futurs !

      Aimé par 2 people

  2. Je me sens souvent dans un tourbillon d’idées, la créativité amène la créativité, dès qu’une idée me vient, mille autres arrivent. C’est parfois difficile car je n’ai pas le courage de prendre le temps de concrétiser l’idée avant que mille autres passent dans ma tête, alors cette première idée s’envole, l’inspiration surtout. Alors je me dis parfois qu’il faudrait que je me lance si tôt l’idée là, pour ne pas la laisser partir et me donner du courage sans y réfléchir. Je connais cette frustration de l’idée non achevée. C’est encourageant, un article comme le tient 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s